Quand l’architecte se mue en visionnaire

Le futur, c'est maintenant ! Comme dans d’autres domaines artistiques, l'architecture se doit d’anticiper, de voir à long terme, ne pas se contenter de décrire son temps. Elle anticipe, prévoit les besoins et désirs d'époques lointaines.

Un peu d’histoire

L'architecture futuriste désigne deux types d'architecture bien différents : au départ, c'est un style, une pensée architecturale appartenant à la mouvance futuriste italienne allant de 1910 jusqu'à la fin de l'ère mussolinienne.

Dans un cadre plus large, c'est un design architectural dont l'inspiration très étendue rappelle des éléments de science-fiction ou des engins spatiaux sans former pour autant une école ou une pensée spécifique.

La recherche d’une forme inhabituelle induit évidemment la surprise, l’étonnement. De facto, c’est aussi une manière de déstabiliser le regard. Le mot d’ordre est l’audace !  En voici quelques exemples (non exhaustifs).

Pékin, Sydney, Abu Dhabi du concret

Bien qu’inauguré en 1973, l’Opéra de Sidney, dont la forme fait à un navire déployant ses voiles, reste une référence.

Ceux qui ont regardé les Jeux Olympiques de 2008 se souviennent sans doute encore du Stade de Pékin, surnommé le Nid d’Oiseau, qui intègre courbes et droites.

La tour Capital Gate (Abou Dabi, 160 mètres, 35 étages), de forme circulaire, est inclinée à mi-parcours, à 18 degrés, ce qui en fait le bâtiment le plus penché du monde. Une conception  audacieuse de la firme d’architecture écossaise RMJM.

Ponts hypnotiques

Un projet planant au-dessus des étendues de Changsha, capitale de la province  chinoise du Hunan. Il s’agirait de trois voies tourbillonnantes servant de passerelle piétonne au-dessus du fleuve du Roi-dragon (Chine). Une création de NEXT Architects. "L'idée des connections entrecoupées est basée sur le principe de l'anneau de Möbius", a indiqué Michel Schreinemachers sur le site internet de NEXT.

Pull-overs pour grattes-ciels

Le plus haut bâtiment du monde (830 mètres, 160 étages) est le Burj Khalifa de Dubaï. Un think tank (OP-EN) propose de le  couvrir d'un gigantesque étui en tissu réfléchissant en forme de chaussette. Il recouvrirait le bâtiment dans sa totalité, de la pointe jusqu'au sol, à la façon d'un tissu "ultra-léger, réfléchissant et semi-transparent", transformant ainsi le Burj Khalifa en un énorme miroir.

Grattes-ciels rotatifs

Toujours à Dubaï, une tour comprendrait des étages tournant (une rotation de 360 degrés toutes les 90 minutes).
Ne chercher plus le soleil, il viendra à vous ! Le projet de Dynamic Architecture permettrait de contempler les quatre points cardinaux. Pour faire bonne mesure, le bâtiment serait équipé de quatre éoliennes géantes générant de l'électricité. Le must:  les occupants pourraient garer leurs voitures dans leurs appartements grâce à un système d'ascenseurs. Chéri, veux-tu garer la voiture dans le salon? On y est presque!

Intérieurs imprimés en 3D

Le futur du design passera par les imprimantes 3D. Les architectes Michael Hansmeyer et Benjamin Dillenburger ont élaboré (2013) un concept à impression 3D. Dans le cadre du projet "Digital Grotesque", le duo a imprimé une chambre entière en 3D, créant un cube de 16m2 agrémenté de décorations hors du commun donnant l'impression d'appartenir à une cathédrale du futur comportant plus de 260 millions surfaces.

Des salles de concert pneumatiques

Quand la musique est bonne, mélomanes de tous poils, ouvrez vos oreilles ! N’oubliez pas aussi d’équarquiller les yeux.
Au Japon, un gigantesque champignon gonflable baptisé "Ark Nova"  constitue la toute première salle de spectacle pneumatique au monde, fruit de la collaboration entre l’architecte britannique Anish Kapoor et de son confrère japonais Arata Isozaki qui l’ont conçue pour une tournée des villes japonaises frappées par le tsunami de 2011.

De fil en aiguille, Ark Nova a dépassé sa raison d’être initiale en facilitant la logistique de la représentation artistique, le projet pourrait déboucher sur une autre approche de la culture.

Une vision

Au travers de tous ces exemples, on notera, ce qui n’est pas nouveau, que l’architecte, artiste de l’espace, n’est pas que l'interprète de son temps, il doit aussi être en mesure de prévoir les besoins et désirs d'époques lointaines et se muer en visionnaire en prônant une esthétique nouvelle.

Crédits photos : Pedro Szekely

IPESAA EST MEMBRE DU RÉSEAU PÉDAGOGIQUE ICÔNES « LES ÉCOLES CRÉATIVES »

College Salette
Iffdec White
logo college marsan

IPESAA

15 place d’Aguesseau, 34000 Montpellier
Tél : 04 67 54 31 61
Mail : contact@ipesaa.fr

Saisir votre recherche et appuyer sur la touche Entrée